La voleuse des toits, vĂ©ritable coup de đź–¤

Règle no 1 : L’art est prohibĂ©.

Règle no 2 : Les livres sont prohibĂ©s.

Règle no 3 : La musique est prohibĂ©e.

Quiconque osera violer les règles Ă©carlates sera considĂ©rĂ© comme un traĂ®tre Ă  l’unitĂ© nationale et sera passible de la peine de mort.

Laure Darlegos, la voleuse des toits, les règles ecarlates

Véritables piliers de la société, les règles écarlates ont prohibé toutes formes d’expression : l’art, la littérature et la musique n’existent plus. Chaque jour, la milice multiplie les exécutions pour asseoir l’autorité du régime. Demoiselle respectable le jour et voleuse la nuit, Éléonore Herrenstein s’élève contre l’ordre établi. Elle qui espère rejoindre la rébellion et renverser le gouvernement, la voilà brusquement fiancée à l’un des hommes les plus puissants du royaume. Qui est donc Élias d’Aubrey, cet être impénétrable qui semble viser le pouvoir absolu ? Et pour quelles sombres raisons sa famille dissimule-t-elle une mystérieuse toile, peinte un demi-siècle plus tôt ? Éléonore ignore encore que sa quête l’entraînera bien plus loin qu’elle ne l’imagine. Dans un voyage au-delà du possible…

Laure Dargelos, le lien pour se le procurer

Un vĂ©ritable coup de coeur, ça faisait longtemps que je ne m’Ă©tais pas autant plongĂ©e dans un livre ! L’aventure de Plume m’a Ă©blouit car elle nous montre que si on a l’ambition, on peut tout faire. Que se battre pour sa passion c’est possible, que renier ses pouvoirs, aussi. Entre larmes et Ă©clats de rire, j’ai adorĂ© suivre son pĂ©riple dans le temps avec Elias. Le monde que l’autrice a inventĂ© m’a un peu dĂ©routĂ©, ( je lis souvent des livres se dĂ©roulant Ă  cette Ă©poque ci ), avant de me plaire, si bien que j’aurais aimĂ© avoir une suite Ă  « la voleuse des toits « . Dans cet univers, SaraĂ«n est la capitale de Orme, le pays inventĂ© par l’autrice, les lois sont diffĂ©rentes, il existe une sorte de magie, les noms attribuĂ©s aux personnages sont dans un style un peu mĂ©diĂ©val, une vraie romance historique fantaisie. J’ai Ă©tĂ© Ă©mue, mais aussi impressionnĂ©e par l’intrigue complexe, malgrĂ© le fait qu’il m’est arrivĂ© Ă  plusieurs reprises de me perdre un peu dans ce gros pavĂ© de 700 pages…

Je suis persuadée que si je relisais ce roman, je serais toujours aussi éblouit par la beauté de ses mots, de ses phrases, par ce peuple qui se réfugie sous la ville, ce qui me fait un peu penser aux cataphiles de Paris. Dans ce monde différent, on trouve finalement beaucoup de similitudes avec le notre.


5/5 Un véritable coup de coeur !

DĂ©couvrez l’univers de la voleuse des toits !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s